SOUS LE SIGNE DE LA VENGEANCE

Paru aux éditions LE LYS BLEU   mars 2020           375 pages

A la clinique Saint-Martin, Yvan Dupuy, PDG d’une importante entreprise de Tours, ne se réveille pas de son opération à la colonne vertébrale. 

Accident imprévisible ? Erreur d’anesthésie ? Assassinat ? Autant de questions et de pistes d’investigation pour l’enquête.

Dans une ferme viticole non loin de là, peu de temps après, une jeune femme est tuée. Enquête séparée ou nouvelle piste ?

Le commissaire Hervé Poitevinse trouve face à un imbroglio touffus et se pose sans cesse la même question : qui a intérêt à … ?

Ce nouveau roman est plein de rebondissements et l’histoire s’inscrit naturellement dans la lignée des grands suspenses. Elle permet en outre au lecteur de visiter certaines questions d’actualité

.

 

« Le brancard heurta une porte qui l’absorba. Le plafond était maintenant d’un bleu azuréen. Il était dans le bloc, le bloc numéro 2. Un bonnet vert pâle et un masque blanc se penchaient sur lui.

—  Bonjour monsieur Dupuy. Ça va ? Vous me reconnaissez ? Je suis le docteur Drivon. C’est moi qui vais vous endormir. 

—  Ah, oui, dit Yvan Dupuy d’une voix qu’il eut lui même des difficultés à reconnaître. Bonjour docteur. Le docteur Guichard est avec vous ?

—  Oui, il est derrière vous !

Yvan Dupuy tenta de se retourner mais n’y arriva pas. Le chirurgien se plaça à ses côtés.

—  Monsieur Dupuy, tout est prêt. Vous allez voir, tout se passera bien. Vous pourrez à nouveau galoper en sortant d’ici ! dit le chirurgien avec un grand sourire caché derrière son masque. Yvan Dupuy eut le temps de s’apercevoir que le chirurgien portait déjà ses lunettes-loupes devant les yeux.

Le brancard bougea un peu. Yvan Dupuy fut ébloui par la couronne lumineuse très intense de la lampe scialytique émettant une clarté qui n’engendrait pas d’ombre. On lui fixa des électrodes sur la poitrine et sur les jambes. Il sentait confusément que plusieurs personnes s’affairaient autour de lui. Son cœur battait plus vite qu’à l’ordinaire, il le sentait bien et ne pouvait s’en empêcher. « De toute façon les dés en sont jetés, je ne pouvais plus supporter la douleur et devenais de plus en plus handicapé. Je dois bien ça à Chrys. Alea jacta est », pensa-t-il.

—  Tout est prêt, fit une voix féminine.

L’anesthésiste se pencha sur lui et lui appliqua un masque. »

©2019 by Polars Alain Denis. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now