Avis de lecteurs

Merci de me communiquer par mail vos impressions de lecture !

1ère_de_Couverture_jaune1.jpg

J’ai lu ton roman avec intérêt. À partir du moment où j’ai commencé à lire, j’ai été pris par l’intrigue. C’est un signe positif à mes yeux en ce sens que je ne suis pas habituellement un lecteur passionné de polars. Je ne suis donc pas le mieux placé pour porter un jugement comparatif. Néanmoins j’ai trouvé bien « campés » les personnages, en particulier Poitevin qui revêt une réelle profondeur tant au plan psychologique que du point de vue de sa trajectoire biographique. Le croisement des divers destins des personnages se met en place avec la progression de l’enquête, trait qui révèle, selon moi, une maîtrise très habile de la progression complexe de l’intrigue. Les descriptions souvent minutieuses des lieux de l’enquête permettent une découverte ou une reconnaissance empathique des endroits traversés. Tout cela donne un plaisir de lecture non forcé. J’ai trouvé que les dialogues, nombreux, « coulaient » avec aisance. Pas d’artifices, pas de longueurs, une sorte d’économie bien venue. Compte tenu du volume que représentent ces dialogues, et observant que les scénaristes sont contraints à une forme narrative qui fait un usage permanent des dialogues, je me dis que tes talents sont assez proches de ceux des scénaristes. Mais cet avis n’est pas celui d’un spécialiste, il s’agit plutôt d’une remarque de lecteur. Reste que je pense que, compte tenu du format du livre, de l’économie des éléments descriptifs, et des croisements progressifs des destins des personnages, on peut aussi y trouver la trame assez lisible d’un scénario.

 

Plus délicate selon moi est la répartition axiologique des personnages : je comprends que avertisses le lecteur que ces personnages sont tous fictifs, car il serait fâcheux que des personnes locales se sentent concernés par les noms. En ce sens que les riches aristocrates locaux aux titres frelatés, les parvenus corrompus, les subalternes achetés, largement désignés comme tels, s’opposent nettement aux exploités et aux sans grades, en sorte qu’on a du mal a se déprendre d’une impression d’une répartition un peu manichéenne des hiérarchies locales et sociales. C’est un choix respectable dans une fiction, mais je pense que ça fait peser la balance idéologique et axiologique dans un sens qui n’appartient pas au lecteur mais bien au narrateur.

Voilà à peu près mes impressions de lecture à chaud  .

C.Poulette - Université Jean Monnet

1ère_de_Couverture_jaune1.jpg

L'auteur est le narrateur, l'histoire est contemporaine, écrite au présent et est linéaire. La lecture en est aisée, le style d'écriture très agréable. 

Tous les personnages principaux sont importants car chacun d'entre eux joue un rôle essentiel dans ces histoires de meurtres. Tous sont intéressants car ils portent en eux des secrets qu'on découvre au fur et à mesure de la lecture, et chaque secret révélé vient bouleverser la donne, nous égarant dans nos tentatives personnelles (en tant que lecteur) de résolution de l'enquête.

On perçoit bien aussi les différences de mentalité qui peuvent exister entre les personnes issues de différents pays ( français, portugais, arabes, etc....), mais aussi entre celles issues de milieux sociaux radicalement opposés.

L'Ardèche est bien entendu prédominante dans ce livre et ses paysages sont très très bien décrits. On sent l'auteur amoureux de cette région. Même chose pour le Portugal où les enquêteurs se rendent à diverses reprises.

Il s'agit pour moi d'un bon roman policier et j'ai eu beaucoup de plaisir à le lire. J'y ai retrouvé ces paysages de l'Ardèche, à la fois magnifiques et parfois hostiles, que j'avais découverts à l'occasion de vacances dans la région. J'ai beaucoup aimé aussi le rôle important que joue la psychologie des personnages et cette idée omniprésente de secrets gardés coûte que coûte. L'enquête, quant à elle, est très intéressante car beaucoup de facteurs entrent en jeu, et les nombreux rebondissements nous égarent en permanence."

Jean-Louis Nogaro - auteur de romans policiers, directeur des éditions du Caïman

1ère_de_Couverture_jaune1.jpg

Je vous ai acheté , dimanche dernier à Chanceaux-près-Loches, aux amis de Gonzague, votre livre: "Les disparus de l'Ardèche". J'ai bien aimé cette lecture, effectivement les chapitres courts donnent du mouvement à l'intrigue et nous permet, nous lecteurs, de suivre les différents personnages.
Et , bien-sur, votre final est une véritable apothéose !!!!

Bravo à vous pour cette histoire familiale pourrie par l’appât du gain et cette soi-disant notoriété. Cordialement.
Danielle Brochard

Béton C.Gouron - copie.png

C.Gouron

1ère_couverture_Beton.jpg
MEPUniv1.jpg
Avis tréfilerie charentilly.png

Qui aurait pu penser cela : je suis devenu ton lecteur d’ouvrages diablement plus faciles à lire que le souvenir que j’avais de tes écrits… didactiques. Plus faciles mais pas moins porteurs de sens !
Permet moi de te dire que tes deux livres m’ont tenu en haleine, m’ont fait sourire. Au détour d’un immeuble connu, d’un nom déjà croisé, d’un mot déjà prononcé, d’un trait de caractère que j’attribue, peut être à tord, à quelqu’un déjà rencontré… Mais ce n’est pas ce seul ressort qui m’a fait apprécié leur lecture.
Une logique imparable dans la construction de l’énigme, mais qu’attendre d’autre d’un foutu professeur de math, même retraité, même artiste ! Une logique imparable qui laisse aussi la place au hasard… d’écriture. J’aime assez le côté démiurge de l’auteur, la rencontre prémonitoire sur un marché, la ballade sentimentale qui retourne au 99bis… Ça place en abîme la réalité, ça rappelle que c’est rien que du roman, ça me fait penser au bout de plateau sans décor, au théâtre, qui laisse voir, comme par inadvertance, les cintres ou les coulisses, histoire de dire que c’est que des histoires, que la véracité n’est pas la vérité, que ma place à moi, lecteur ou spectateur est laissée libre, qu’il m’appartient de partir ou rester, d’en penser ce que j’en veux, d’en faire ce qui me plait…
Des personnages vivants, crédibles, avec des bons qu’on veut pas qu’il leur arrive du mal (dis, tu lui fais pas trop du mal à ton petit Poitevin, OK, tu le fais pas commissaire, enfin pas tout de suite, il faut en faire baver un peu à ces fonctionnaires intègres, mais tu lui fais pas de mal, hein !) des minables qui font rien qu’à énerver les fonctionnaires intègres, bien fait pour eux, aux minables, de l’être et de le rester, des pas vraiment méchants que tu fous quand même en prison, des pas vraiment gentils que tu fais vite disparaître… dans un four ! Quand même ! Y a pas de honte !!!… Tu soignes pas tous tes lectorats là !… Ceci dit, il y a vraiment de tout et pour tout le monde dans tes mondes, même des petites minettes ou des gentils PD qu’on suivraient même dans leurs lits !… Je n’ai qu’une hâte (mais pas trop, c’est bien aussi de savoir attendre…) c’est de lire les 8 épisodes encore promis… dont un, comble de déveine, non seulement déjà écrit, édité, imprimé, mais vampirisé par des vraiment méchants sans scrupules… J’espère que le tome 10 règlera leurs comptes à ces gens là comme tu l’as déjà réglé aux méchants potiers !!!! Sinon, il faut une tome 11 !!!
Bon, si, un seul reproche, mais de taille celui-là : mettre de l’ail dans la râpée ! Mais quelle idée, c’est bien celle d’un ardéchois ça !… Ou celle d’un flic, tiens !
Très amicalement,

Georges G. le 12 juin 2016 par mail.

Sang.jpg
1ère_de_Couverture_jaune1.jpg
1ère_couverture_Pharaon.png
Pharaon B.Rivière.png
Avis Pharaon.png